Blogspot Tutorial

jeudi 26 avril 2012

ENSEMBLE...SAUVONS LES ABEILLES

ÉVITONS L'EXTINCTION DES ABEILLES


Publié le 26 Avril 2012
Sans un bruit, partout dans le monde, des milliards d'abeilles sont en train de mourir, ce qui menace nos cultures et notre alimentation. Mais si Bayer stoppe la vente d'une catégorie de pesticides, nous pourrons éviter l'extinction des abeilles.

Suite à l’interdiction de ces poisons par quatre pays européens, plusieurs populations d'abeilles sont déjà en recrudescence. Mais Bayer, le plus grand producteur de néonicotinoïdes, a exercé de fortes pressions pour maintenir ces pesticides sur le marché. L'immense mobilisation mondiale menée par Avaaz et d'autres organisations a obligé le groupe à se pencher sur ce problème -- et dans 24 heures, les actionnaires de Bayer voteront une motion qui pourrait mettre fin à ces produits chimiques toxiques. Agissons tous maintenant pour demander aux actionnaires d'arrêter de tuer les abeilles.

La pression marche, et c'est notre meilleur moyen de sauver les abeilles. Signez la pétition urgente -- allons jusqu'à 500 000 signatures pour remettre notre appel aux actionnaires de Bayer demain en Allemagne!

SIGNER LA PÉTITION POUR SAUVER LES ABEILLES

mardi 17 avril 2012

l'ART DE TERRE MÈRE: LA NATURE ET L'HOMME SACRIFIÉS !!!

l'ART DE TERRE MÈRE: LA NATURE ET L'HOMME SACRIFIÉS !!!:
CONTRE LE BARRAGE DE BELO MONTE; SIGNEZ LA PÉTITION
SVP  Merci pour eux! La construction du barrage de Belo Monte, près d'Alta...

LA NATURE ET L'HOMME SACRIFIÉS !!!


CONTRE LE BARRAGE DE BELO MONTE;

 Merci pour eux!



La construction du barrage de Belo Monte, près d'Altamira.
Le barrage de Belo Monte sera le 3eme plus grand au monde, submergeant 400.000 hectares et déplacçant plus de 20.000 personnes.

Belo Monte est une centrale hydroélectrique controversée qui est en cours de construction dans la rivière Xingu, l'un des plus grands fleuves du bassin amazonien. Depuis 20 ans, des groupes autochtones, ruraux et communautés écologistes luttent contre la construction.La Présidente Dilma Roussef a autorisé la construction après un processus d'autorisation très controversé et irrespectueux.

Greenpeace a survolé la zone où le barrage sera construit (connu sous le nom Volta Grande) et Altamira, la ville qui est la base pour le projet de construction, et a exposé l'augmentation de la déforestation dans la région.  Leurs images aériennes exposent la construction massive et la considérable destruction de l'environnement qui n'a pas encore été documenté visuellement, ce sont quelques-unes des premières images convaincantes à faire circuler pour montrer les impacts de la construction.

vendredi 13 avril 2012

FREEDOM ET JEFF



Freedom et moi sommes ensemble depuis 1998. Quand elle arriva elle était un bébé avec 2
ailes brisées.  Son aile gauche ne s’ouvre pas complètement, même après une chirurgie, c’était cassé à  4 places.   Elle est mon bébé.

Elle était décharnée et couverte de poux.  Nous avons décidé de lui donner une chance, alors je l’ai amenée chez le vétérinaire.  A partir de ce moment j’étais toujours près d’elle.  On l’avait mise dans une grande cage de transport  pour chien dont on avait enlevé le dessus, et on lui avait mis un tapis de papier journal déchiré en lambeaux pour qu’elle puisse s’y coucher. J’avais l’habitude de m’asseoir près d’elle, de lui parler et lui demander de vivre, de se battre, elle restait couchée là à me regarder avec ses gros yeux bruns.  Nous avons dû  la nourrir par tube pendant des semaines.« A partir d’ici je vais vous raconter le restant de l’histoire en plus court, car l’histoire est pas mal longue.  Je vais essayer de vous donner l’essentiel de celle-ci et de passer outre sur les détails qui ne sont pas essentiels pour la bonne compréhension de celle-ci ».

Les soins ont été prodigués de 4 à 6 semaines et malgré cela  elle ne tenait pas encore  sur ses pattes.  On ne veut jamais avoir à décider qu’elle est la ligne entre la torture et la réhabilitation.  Le jour de l’euthanasie avait été décidé, et je ne me sentais pas capable de me rendre au centre.  Mais j’y suis allée de toute façon.  Quand je suis arrivé au centre tout un chacun se parlait à l’oreille. Je me suis dirigé immédiatement vers sa cage, elle était debout se tenant fièrement sur ses pattes, un superbe aigle.  J’en pleurais.  C’était une très bonne journée.  Comme elle ne pouvait pas voler, le directeur du centre m’a proposé de l’entraîner avec le gant. Ils ont commencé un cours  dans une école de l’ouest de Washington, les journaux se sont emparés  de l’histoire et même la TV dont un programme américain appelé ''TV  Miravle Pets''

Au printemps 2000 j’ai été diagnostiqué ‘’lymphome non-hodgkinien’’  j’étais rendu en phase 3,  (Un organe majeur attaqué + métastases partout) Chimio pour 8 mois avec tout ce que cela comporte d’inconvénients.  J’ai manqué beaucoup de travail.  Quand je le pouvais j’allais au centre Sarvey et sortait Freedom, l’on prenait de longues  marches. Freedom venait aussi vers moi dans mes rêves et m’aidait à me battre contre le cancer.  Allons directement au mois de novembre 2000.

Le jour suivant la fête de l’Action de Grâces, j’allais pour ma dernière vérification.  On me dit, à ce moment-là, que, si toutes les cellules cancéreuses ne sont pas toutes parties après 8 fois de chimio, mon dernier recourt serait une transplantation de cellules souches.  Avant de se faire il me fallait passer d’autres examens, quand je suis retourné pour les résultats on m’apprend que le cancer n’est plus là.  La première chose que j’ai faite fut d’aller chercher Freedom pour une grande marche.  Nous sommes allés tout au haut de la colline, je n’ai rien dit mais d’une manière ou d’une autre elle comprit  (6ième sens animal?)  que j’étais guéri.  Elle me regarda et m’enveloppa de ses ailes.  Je pouvais sentir ses ailes s’appuyer sur mon dos. (J’étais englouti par des ailes d’aigles), elle toucha mon nez avec son bec et me fixa dans les yeux, nous sommes restés ainsi pendant un long, long moment.  C’était un moment magique.  Nous avons été des âmes sœurs depuis le début. C’est un oiseau très spécial.

L’auteur a bien voulu nous faire partager  un peu de son quotidien.  Quand on se promenait à l’extérieur, des gens qui étaient malades, venaient vers nous et Freedom, avec une certaine bonté se tenait sur leur épaule. Un jour quelqu’un qui était en phase terminale s’approcha, je l’ai laissé la tenir.  Ses genoux ont flanchés,   il jura avoir senti sa force passer dans son corps. Je n’oublie jamais que j’ai l’honneur d’être si proche d’un esprit aussi magnifique que celui de Freedom.

La seule chose qui vous est demandée c’est de faire circuler, même si ce n’est qu’à une seule personne, en mémoire de ceux qui ont été battus par le cancer ou qui vive encore avec.



mardi 3 avril 2012